top of page

Qui suis-je?

Depuis que le péché est entré dans le monde, l’homme perdu, a toujours trouver des moyens pour se définir. Séparé de Dieu, il perd son sens identitaire et se retrouve à compétitionner avec l’autre pour asseoir son pouvoir, pour brimer, opprimer et cacher ce mal d’être qu’il ne peut définir. Tandis que les empires se font et se défont, les hommes ont toujours cette tendance à minimiser, critiquer et dévaloriser un groupe en fonction d’un autre afin de se donner cet air de supériorité. Le vainqueur définit les règles d’évaluation et les vaincus doivent se soumettre aux critères qui trop souvent se font à leur dépend.


Ne faites rien par esprit de parti ou par vaine gloire, mais que l'humilité vous fasse regarder les autres comme étant au-dessus de vous mêmes. Que chacun de vous au lieu de considérer ses propres intérêts considère aussi ceux des autres. Philippiens 3,4

Malheureusement, malgré que nous sommes chrétiens, nous nous laissons souvent prendre au jeu de ce construit social qui nous est imposé. Nous laissons les étiquettes nous définir et mesurons notre valeur nette sur cette échelle de réussite sociale que se donne le monde pour satisfaire son égo et poursuivre cette culture de la comparaison. Acculés par un monde qui nous valorise selon notre ethnie, nos succès et nos biens, nous pensons trouver en ces choses la vraie grandeur de l’homme. Pour beaucoup ce sont les boosters de l’estime de soi.

Il n’en sera pas de même au milieu de vous. Mais quiconque veut être grand parmi vous, qu’il soit votre serviteur ; quiconque veut être le premier parmi vous, qu’il soit votre esclave. Matthieu 20:26,27

Cependant, Jésus est celui qui définit la grandeur de l’homme et qui donne une réelle analyse de la condition humaine . À la lumière de la croix, nous sommes tous appelés à le contempler et à examiner nos œuvres pour finalement comprendre que nous sommes tous des pécheurs en nécessité de sa grâce. As-tu déjà pris conscience de ton état pécheur après avoir commis une faute? Suite à cela, sens-tu que tu as besoin de l'estime des hommes ou plutôt de la grâce de Dieu?

Or, la loi est intervenue pour que l'offense abondât, mais là où le péché a abondé, la grâce a surabondé. (Romains 5:20).

En Christ, Il n’y a ni homme, ni femme, ni juif, ni grec, ni libre, ni esclave. Nous sommes tous égaux car tous ont péché et sont privés de la gloire de Dieu. La seule distinction que fait Dieu est entre le juste et le méchant, celui qui le sert et ne le sert pas.

Souvenons-nous que Dieu en Christ est le seul pouvant nous ennoblir, nous embellir en nous redonnant cette dignité perdue au jardin d’Éden. La vraie grandeur c’est de renoncer à soi pour accepter ce que L’Éternel nous propose. La vraie dignité c’est de choisir Jésus par-dessus tout. Le vrai bonheur est de donner au lieu de recevoir, de servir au lieu d’être servi. Choisir cette formule, c’est retrouver son identité en Christ. Le but de la vie, c'est aussi le vrai booster de l’estime de soi.

L’Esprit lui-même rend témoignage à notre esprit que nous sommes enfants de Dieu. Or, si nous sommes enfants nous sommes aussi héritiers: héritiers de Dieu, et cohéritiers de Christ, si toutefois nous souffrons avec lui, afin d’être glorifiés avec lui. Romains 8:16,17


En Christ, je suis libre. Affranchie de ce monde, je n’ai plus à m’associer à sa philosophie et n’ai plus besoin de m’identifier à son échelle de valeur pour me valider en tant qu’individu. Débarrassée de ses préjugés, je puis en son sein mener une vie servant à honorer et à glorifier ce Dieu d’amour qui m’a appelée des ténèbres à son admirable lumière. Je sais qui je suis, ce que je vaux en Christ et cela me suffit amplement. Et toi, sais-tu qui tu es?

Margathe Dieujuste

Posts récents

Voir tout

Comments


Posts à l'affiche
Posts Récents
Archives
Rechercher par Tags
Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square
bottom of page